L'Economie Gabonaise a Progressé, par Oxford Business Group

Publié le par pdgchine.over-blog.org

                                            0000000030 448x292

L’économie gabonaise a récemment progressé vers plusieurs des objectifs définis dans la stratégie nationale de développement, notamment dans les secteurs clés, tels que le bâtiment et les travaux publics (BTP). Conjugués à la hausse des prix mondiaux du pétrole brut, qui a porté la croissance économique en 2011, et à l’augmentation des investissements publics et privés dans les secteurs non pétroliers, ces progrès devraient permettre au Gabon de poursuivre sa diversification économique progressive en 2012.

D’après de récentes estimations du Fonds monétaire international (FMI), l'économie devrait enregistrer une hausse de 5.6 % du produit intérieur brut (PIB) en 2011, favorisée par la reprise rapide du Gabon suite à la contraction de 2009, due au repli des soldes budgétaire et courant, lui-même attribuable au faible niveau des prix et à la faible demande de marchandises sur le marché mondial.


Si le Gabon reste dépendant des revenus du pétrole, qui représentent environ 50 % du PIB, le pays redouble cependant d’efforts pour appuyer la stratégie « Le Gabon émergent » du gouvernement, qui met l’accent sur le développement de l'industrie, du tertiaire et des secteurs « verts ». Cette stratégie a été lancée fin 2009 dans le but de diversifier l’économie et de protéger le pays d’une future volatilité des prix des marchandises. La plupart des résultats seront observés à long terme, mais l’accent mis sur la hausse de la valeur ajoutée dans le pays profite d’ores et déjà à l’économie au sens large.


Le PIB du Gabon a progressé de 5.7 % en 2010, après avoir enregistré une croissance négative de 1.4 % en 2009, notamment grâce à la hausse des revenus des hydrocarbures et aux efforts de diversification. Le FMI anticipe un taux de croissance de 3.3 % en 2012, une estimation prudente justifiée par le climat économique actuel.


La Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) a récemment revu à la baisse ses prévisions de croissance économique régionale pour 2011, de 5.2 % en juillet à 4.8 %. Les responsables de la banque ont estimé que la croissance régionale serait largement portée par la production de pétrole et de gaz, ainsi que par le secteur du BTP.


Alors que la production annuelle de pétrole du pays (12.2 millions de tonnes en 2010) a généré quelque 75 % des revenus des exportations du Gabon, la part du secteur du bâtiment dans le PIB, un composant clé de la stratégie « Le Gabon émergent », est en train d’évoluer. Dans le budget national pour 2012, établi à 2.45 trillions de francs CFA (3.73 milliards d’euros), l’investissement public représente 699.4 milliards de francs CFA (1.06 milliard d’euros).


Plusieurs projets de grande envergure ont d'ores et déjà été initiés dans la perspective de la Coupe d’Afrique des Nations, qui sera disputée au Gabon et en Guinée équatoriale en janvier 2012. La construction de nouveaux stades, hôtels et complexes d’hébergement, et la réfection de routes existantes ont été entreprises.


L’Agence nationale des grands travaux (ANGT), créée en 2010, supervisera la planification et la réalisation des grands projets d’infrastructure à l’échelle nationale. Le gouvernement et l'ANGT prévoient d’achever 21 projets d’infrastructure au cours des six prochaines années, pour un coût total estimé à 5.9 milliards de francs CFA (8.97 millions d’euros). Parmi les objectifs prioritaires figurent l’amélioration du réseau routier, la création de zones économiques spéciales (ZES), telles que Nkok, et le lancement d’initiatives d’urbanisme à Libreville.


D’après un rapport du ministère de l’Economie, du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme, la production dans le secteur du bâtiment représente 169 milliards de francs CFA (256.88 millions d’euros) en 2011, et la poursuite des investissements devrait dynamiser la croissance économique en 2012.


Bien entendu, cela n’a pas empêché l’afflux de capitaux dans le secteur des hydrocarbures, qui domine l’économie gabonaise. Malgré le déclin des réserves, et une production qui devrait culminer au cours des années à venir, les revenus restent orientés à la hausse et stimulent les investissements. À titre d’exemple, la production de Total Gabon a accusé un repli d’environ 10 % au premier trimestre 2011 ; pourtant, la société a déclaré une hausse de 49 % de son bénéfice net par rapport à la même période en 2010. Total Gabon a également enregistré une augmentation de 126 % des investissements dans les hydrocarbures, qui sont passés de 84 millions de dollars au troisième trimestre 2010 à 190 millions de dollars à la même période en 2011. Tullow Oil, opérateur non direct au Gabon, et l’un des principaux acteurs privés en Afrique, a récemment annoncé son intention d’augmenter de 18 % les investissements au Gabon en 2012, qui atteindront 95 milliards de francs CFA (144.4 milliards d’euros).


Certaines des autres ressources naturelles du Gabon commencent également à générer un regain d’activité, en droite ligne avec la stratégie « Le Gabon émergent ». C’est notamment le cas de l’industrie du bois, qui profite du développement prometteur des activités à forte valeur ajoutée depuis l’interdiction d’exporter le bois non transformé, entrée en vigueur en 2010. Au terme d’une période de transition de quatre mois, destinée à permettre aux sociétés d’écouler leur stock de 2009, les exportations de bois non transformé ont reculé de façon significative. Cependant, les capacités se sont renforcées lentement, avec la création de la ZES de Nkok, dont 40 % des activités seront dédiées à la transformation du bois.


Pour appuyer la croissance des entreprises locales, l’Organisation internationale des bois tropicaux a récemment alloué 191.6 millions de francs CFA (291 232 euros) pour aider les petites et moyennes entreprises (PME) du secteur forestier gabonais. Les fonds contribueront à promouvoir le développement durable, à renforcer les capacités des PME, à stimuler l’emploi local et à multiplier les opérations à valeur ajoutée.

 

Source: Oxford Business Group

Publié dans Activites PDG Chine

Commenter cet article