LEGISLATIVES 2011: FAUSTIN BOUKOUBI S'EXPRIME (PDG)

Publié le par pdgchine.over-blog.org

 

 

A l’annonce par la CENAP des résultats des élections législatives du 17 décembre 2011 et de la très large victoire du Parti Démocratique Gabonais, 114 sièges sur 120, M. Faustin BOUKOUBI, Secrétaire Général du PDG, a tenu un point de presse au siège du parti ce jeudi 22 décembre 2011. Le Secrétaire Général du PDG dans sa déclaration a principalement souligné que les résultats des élections sont l’expression de l’adhésion des Gabonais et Gabonaises à la politique de l’Emergence du Président Ali BONGO ONDIMBA.

 


Mesdames, Messieurs de la Presse Ecrite, Audiovisuelle et Electronique, 

Chers Camarades et Amis

 

Dans le strict respect du calendrier républicain, notre pays vient d’organiser dans la paix et la transparence les élections législatives de 2011, 5 années après celles de 2006.

Si beaucoup d’événements ont jalonné ces 5 années d’intervalle, il s’agissait d’un rendez-vous et d’une échéance certaines et connues que notre parti a su préparer, malgré des départs mais heureusement avec des arrivées, du sang neuf, de l’énergie, du dynamisme, davantage de place et de responsabilités pour les jeunes et les femmes

 

Ce rendez-vous est une illustration de plus de la bonne santé démocratique de notre pays, du bon fonctionnement et de la solidité de nos institutions. 

 

Son bon déroulement a permis aux Gabonais de remplir leur devoir civique en toute liberté et  transparence. En  permettant au PDG  de renouveler sa majorité très confortablement,   le peuple a montré le signe  d’une adhésion  de plus en plus réelle, forte et étendue à la politique de l’émergence initiée et conduite par le Président de la République, par ailleurs Président du PDG.


Cette victoire massive est tout simplement à la fois la  reconnaissance de tout le travail accompli depuis 2009 et la confirmation d’un mandat clair et sans ambigüité au Chef de l’Etat en lui assurant la majorité dont il a besoin pour poursuivre sa politique ambitieuse de  développement du Gabon.


Elle a été aussi possible car sous l’impulsion du Distingué Camarade Ali Bongo Ondimba, le PDG a su opérer les mutations et le saut qualitatif que nous impose le défi  exaltant de l’émergence.

 

Pour notre parti la consolidation de l’Etat de droit passe nécessairement par la soumission au suffrage des électeurs selon un calendrier connu de toutes les parties prenantes avec les instruments juridiques, légaux, réglementaires et organisationnels qui existent. Il était important d’aller à  ce rendez-vous avec toutes nos forces pour remporter une victoire qui ne fait l’ombre d’aucun doute.

 

Les partis ou personnalités politiques qui optent pour l’abstention, le boycott, les menaces et la politique de la chaise vide, masquent en réalité l’absence de projet, de programme, de réelle force sur le terrain. Ils ne constituent pas d’alternative crédible.

 

Le PDG est un parti de pouvoir, responsable, rompu à  la compétition et debout devant l’adversité. Il vient de le démontrer dans chacune des provinces et dans chacun des départements du territoire national. 

 

Notre tâche a été grandement facilitée par les promesses tenues du Chef de l’Etat  avec ses séjours provinciaux , conseils de Ministres décentralisée et une politique de proximité constante et non circonstancielle comme ceux qui ont disparu de la circulation depuis les dernières apparitions électorales de 2009. 

 

Conscient de son implantation nationale, de la qualité de ses militants, de la clarté de sa vision sous la direction du Distingué Camarade Ali BONGO ONDIMBA,  notre Parti dont les représentants ont été choisis par les bases respectives s’est investi  autour de son programme et de projets concrets, déclinés dans chaque circonscription, au contact permanent des populations. 

 

C’est donc à la fois naturel, normal et objectif,  face à la désertion de ceux qui n’ont d’offre politique qu’une prétendue alternative qui reste un slogan creux et démagogique que les populations qui ne croient qu’en ce qu’elles voient et vivent,  aient décidé  le samedi 17 décembre 2011, dans un raz-de-marée,  de conforter la vision , la politique, la stratégie , le programme et les projets du Chef de l’Etat, en donnant à son parti les moyens de le soutenir durablement pour un avenir en toute confiance , celui du Gabon Emergent

 

Ceux qui ont déclaré forfait sans cause fondamentale car nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes, ne peuvent se qualifier au mandat honorable de représentation nationale. Ils cherchent désespérément une bouée de sauvetage et la récupération d’une  hypothétique abstention. Ils passent aux menaces, aux appels intempestifs à la grève générale. Tout cela reste peine perdue et antipatriotique.

Nous voudrions donc féliciter et remercier nos compatriotes de toutes convictions et obédiences politiques qui ont voté pour ou contre nous mais qui ont donné un cinglant camouflet aux partisans et apôtres du boycott et des menaces.  Ils ont fait preuve de maturité, de capacité de discernement et de sagesse. 

 

Les Gabonais ont démontré qu’ils n’ont pas  oublié l’énorme passif d’insuccès, de ceux qui ont quitté les affaires à la 25ème heure et qui sont en quête d’une nouvelle virginité

 

Les femmes et hommes de média avertis que vous êtes ont à coup  sûr procédé à un tel exercice.
Permettez-moi juste d’attirer votre attention sur quelques chiffres : 

(Voir fiches jointes relatives aux circonscriptions des chantres du boycott) 

Lorsqu’on est majoritaire et qu’on se prévaut du taux d’abstention pour le clamer, on va aux élections pour faire de cette majorité un levier et une force parlementaire.

 

Le taux d’abstention s'est détérioré progressivement aussi bien au GABON qu’ailleurs, même du temps de leur gloire et il n’y a aucun lien de cause à effet entre une prétendue consigne d’abstention. 

La réalité est là implacable : le PDG Parti du Président a la majorité

 

Le Gabon avance, les GABONAIS vaquent à leurs occupations dans la sérénité, avec dynamisme et confiance et sauront s’ériger en défenseurs de la paix, de la stabilité et du développement de notre pays.

En ce sens, le PDG respecte et encourage l’opposition républicaine, qui défend fermement ses positions, qui s’assume dans ses spécificités, tout en respectant les lois en vigueur, à commencer par la constitution.

Le PDG maintiendra et tissera les fils du dialogue avec tous les partis, soucieux réellement du devenir des Gabonaises et des Gabonais et du pays dans son ensemble, notamment tous les partis de la majorité présidentielle et les partis de l’opposition qui s’affirmeront et agiront comme tel.
 

 

L’avenir du Gabon se construira mieux et durablement en développant toutes les complémentarités possibles entre toutes ses filles et tous ses fils.

 

Des manquements ont été relevés par les divers observateurs en vue d’une amélioration de notre système électoral, de son organisation, de son déroulement.  Nous en tiendrons compte, chacun dans son rôle, ses missions et son niveau dans un souci de modernisation et de transparence accrues.

 

Mesdames, Messieurs,

 

A l’analyse des résultats de ces élections, capitales pour l’avenir de notre pays, nous éprouvons un double sentiment, de satisfaction bien évidemment, mais aussi de responsabilité.

 

En mettant entièrement l’avenir du GABON et des Gabonais entre nos mains, le peuple nous fait totalement confiance.

 

Les Gabonais viennent de renouveler et d’étendre le contrat de confiance en une vision, en une stratégie, en un programme, en des projets, en des réalisations, en des ambitions à consolider et  à partager.

C’est un nouveau signal fort et une marque de soutien au Président et à ceux qui ont choisi de l'accompagner.

 

C'est une invitation au travail, à plus d'efforts, à plus de transformations sociales, économiques. 

Ce plébiscite de l’action du Président depuis deux ans est en outre un encouragement du Chef de l’Exécutif à accélérer le rythme des reformes et réalisations engagées. 

Les Gabonais espèrent ainsi parvenir à une prospérité partagée qui permette à tous et à chacun de trouver son compte.

 

Le Président de la République est en conséquence appelé à réviser opportunément le dispositif humain et structurel à tous les niveaux, autrement dit, améliorer davantage la gouvernance.

 

Comme on peut le constater, c’est le PDG qui est toujours sur la sellette, quand bien même les missions en cause relèvent de la compétence du gouvernement.

 

Nous avons conscience que la large majorité que nous a octroyée le peuple gabonais ne doit pas nous autoriser à faire preuve de laxisme, de complaisance, de laisser aller, bien au contraire, car la responsabilité de la marche du pays nous incombe. 

 

De ce fait, nous entendons jouer pleinement notre rôle en mettant en œuvre des mécanismes de suivi, d’évaluation, de révision, voire de sanction de l’action gouvernementale.  

 

Cela signifie pour les députés une responsabilité plus accrue, pleine et entière.

Ce rôle essentiel de mandataire démocratique doit être pris à sa juste mesure en s’élevant du stade de candidat élu du PDG en député de toute une circonscription et en député tout simplement de toute une nation avide d’une prospérité partagée.

 

Grâce au renouveau au sein du PDG, à l’arrivée d’hommes et de femmes neufs à côté d’hommes et de femmes d’expérience, le Parlement jouera son rôle législatif fondamental et accompagnera le Chef de l’Etat dans sa mission de réforme et de progrès de notre cher pays.

 

Pour ce, nous devrons cultiver et ancrer la proximité de tout instant et prendre à bras le corps les aspirations de tous nos concitoyens, tout en consolidant la concorde, la cohésion nationale retrouvée après la parenthèse malheureuse du repli identitaire de 2009.

 

Voilà notre nouvel engagement fort et solennel. 

 

Mesdames et Messieurs,

 

D’ores et déjà je vous souhaite une bonne et heureuse année 2012, sur le chemin de l’Emergence du Gabon.

 

Merci pour votre attention et je me mets à votre disposition pour vos questions.

 

Faustin BOUKOUBI, Sécrétaire Général du Parti Démocratique Gabonais.

Commenter cet article